Méfiez-vous des «bonnes affaires» !

  • billetsIl est vrai que pour un très grand nombre d’infractions (excès de vitesse inférieur à 40 km/h, feu rouge, stop, distances de sécurité, défaut de ceinture, usage d’un téléphone portable, circulation sur la bande d’arrêt d’urgence, franchissement ou chevauchement d’une ligne continue, alcoolémie contraventionnelle, etc…), payer vite équivaut à payer moins.
  • Mais on vous fait souvent croire que vous devez régler sur le champ pour pouvoir bénéficier du tarif réduit.
  • C’est faux ! Vous disposez de 3 jours lorsque l’arvis de contravation vous est remis en main propre (ce qui est de plus en plus rare depuis l’utilisation des verbalisations « boîtier-électronique »). Vous disposez de 15 jours lorsque l’avis de contravention vous est envoyé à votre domicile (ce qui est le cas pour les procès-verbaux électroniques). Vous disposez même de 15 jours supplémentaires pour les infractions relevées par radar automatique, réglées par « télépaiement ».
  • Ce qui vous laisse le temps d’appeler sans tarder votre avocat.
  • En effet, il vaut mieux être conseillé avant, qu’après avoir commis l’irréparable.
  • Car une fois que vous avez payé, vous ne pouvez plus revenir en arrière. Le règlement de l’amende vaut reconnaissance définitive de l’infraction et renonciation à tout recours. Et, bien sûr, retrait des points éventuellement afférents à cette infraction…
  • En clair, une fois que vous avez payé, il n’y a plus rien à faire. Rappelez-vous en !

 

Liste de tous les conseils d’urgence