48.000 avocats en France.
Et pas un seul « spécialiste » du droit des infractions routières ni du permis à points !

Pourquoi ? Parce que cette spécialité n’est pas reconnue.

Dès lors, vous ne pouvez pas vous adresser, en confiance, à un avocat dont la compétence, après avoir été confirmée par un examen officiel, serait garantie par un « diplôme » de spécialiste.

Et cette matière n’est même pas enseignée à l’université pendant les études de droit.

Alors, comment faire le bon choix ?
Le bon sens reste votre meilleur allié.

Tout avocat peut, en effet, prétendre s’ « y connaître » en droit des infractions routières ou du permis à points.

Mais quelle confiance accorder à des spécialistes du droit des affaires et autres « docteurs en droit fiscal » qui viennent de se découvrir, depuis quelques semaines, quelques mois, un ou deux ans au mieux, une passion pour un droit pénal de l’automobile qu’ils n’ont jamais étudié ni pratiqué auparavant ?

Par contre, Maître de Caumont est le seul avocat français à exercer exclusivement dans le domaine du droit de l’automobile, depuis 25 ans.

Il est à l’origine de très nombreuses jurisprudences favorables aux automobilistes.

Ses collaborateurs et lui-même ont plaidé  des milliers de dossiers et ont obtenu la relaxe de plus de 2.000 automobilistes et la récupération de centaines de permis de conduire annulés par défaut  de points.

La compétence de Maître Eric de Caumont en droit pénal de la circulation routière et du permis à points est reconnue par les avocats eux-mêmes. En effet, pour former les avocats (et même des magistrats ! …) les écoles de formation du barreau lui demandent d’animer, partout en France, des ateliers d’initiation au droit pénal de la circulation routière.

De Montpellier à Strasbourg en passant par Caen, Clermont Ferrand, Grenoble, Lyon, Metz, Nancy, Rennes, etc … et quand des instances nationales de la profession d’avocat organisent, à Lille, en octobre 2008, la « convention nationale des avocats », réunissant plus de 7.000 avocats, c’est encore Maître de Caumont qui est chargé d’initier ses confrères à la complexité du droit des infractions routières et du permis à points.

Courrier du Senat Maitre de Caumont

Par ailleurs, quand des députés et sénateurs veulent réformer le droit de la circulation routière –notamment le permis à points –,  c’est Maître de CAUMONT qui est convié par le rapporteur de la Commission des lois (proposition n°378) pour être entendu au Sénat.

Si Maître de Caumont n’a pas le droit de se prétendre plus « spécialiste » qu’un autre, il peut, par contre, vous garantir une pratique de 25 années et une compétence reconnue par la profession d’avocat elle-même.

Et c’est rassurant de pouvoir compter sur la sécurité du cabinet d’avocats le plus expérimenté de France …